Historique de la finance islamique

croissance

La finance islamique est relativement jeune mais il s'agit d'un domaine de la finance qui s’est rapidement développé ces dernières années. Si le concept est aussi ancien que la religion elle-même, l'industrie bancaire et d'investissements conformes au droit musulman telle qu'on la connaît aujourd'hui a réellement décollé dans les années 1960 avec le lancement de la Banque sociale en Egypte et a entamé une croissance exponentielle dans les années 1970 et 1980 avec le développement de banques islamiques dans les pays du Conseil de Coopération du Golfe(CCG).

evolution

La toute première société financière basée sur les principes du droit musulman créée au cours des dernières décennies est le projet d’épargne Mit Ghamr en Egypte. Il s’agissait d’un concept de banque sans intérêt qui permettait d’accorder aux déposants de petits prêts à court terme sans intérêt à des fins de production. Le projet visait par ailleurs à attirer des fonds afin d’investir dans des projets conformes au droit musulman moyennant un partage des bénéfices. Si le projet Mit Ghamr a été couronné de succès au vu des dépôts croissants au fil des ans et de la bonne politique de gestion des risques, il a finalement été abandonné pour des raisons politiques. Il a toutefois démontré au monde qu’il était possible de créer et de développer une banque commerciale sans aucune forme d'intérêt.

Depuis la fin des années 1990, le secteur connaît une croissance annuelle à deux chiffres. Il devrait par ailleurs continuer à croître à l’avenir. Le nombre de banques qui offrent des services financiers islamiques augmente également de manière significative.

L’activité n’est plus réservée à de petites banques de niche : les grandes banques conventionnelles mettent désormais sur pied des « fenêtres islamiques » spécifiques afin d’offrir des services financiers en la matière.

Les estimations concernant la taille de ce marché varient selon les sources et se retrouvent souvent rapidement dépassées. Il n’en demeure pas moins que le développement fulgurant de cette industrie, ainsi que l’influence qu’elle exerce sur le marché de la finance de façon générale, sont aujourd’hui largement reconnus.